mardi 31 juillet 2012

la carte postale chiante



Lorsque j'ai fait cette photo, j'ai immédiatement pensé à Martin Parr et son travail sur la notion d'ennui. Tout dans cette vue me semble parfaitement ennuyeux. Bien-sûr j'en ai un peu rajouté en vieillissant les couleurs, faut croire que l'aspect vintage est forcément synonyme de chiant !.. Mais l'image portait déjà une bonne dose d'ennui avant.

On devine vaguement une église sur la gauche. On peut admirer une insignifiante bicoque d'inspiration rustico-délabrée en bas à droite, de bien fades falaises au fond et ce superbe pont ferroviaire qui traverse le paysage... le tout subtilement encadré par le feuillage du premier plan. Il ne manquerait qu'un couple en débardeur et sandales pique-niquant dans le secteur pour que le tableau soit complet !
Mais on peut aussi trouver quelques qualités à ce paysage. On devine aux ombres un peu dures qu'il faisait certainement beau au moment de la photo (34° paraît-il). Du coup la présence de l'eau au centre apporte la fraîcheur nécessaire pour affronter tout ce soleil. Et puis les falaises ne sont pas si niaises quand on y réfléchit. Peu d'endroits en France proposent de tels à-pic loin du littoral, ce qui rendrait la vue presque spectaculaire. Il y a le viaduc aussi qui n'est pas totalement insignifiant. Plusieurs fois détruit par les guerres, il a prouvé l'importance stratégique de ses 300m. Il ajoute également une présence "industrielle" dans l'image, comme pour nous rappeler qu'ici c'est la civilisation. Que toute cette verdure n'est qu'un leurre et qu'il y a bien d'autres traces de la présence humaine autour, hors cadre.
J'aurais pu faire 2 pas à gauche et dévoiler les usines cachées par les arbres, ou 3 pas à droite et me casser la figure, pardon dévoiler la présence de la petite ville au pied des escarpements. Bref j'aurais pu vous montrer tout autre chose, mais ce n'était pas mon envie.

L'occasion de rappeler qu'il n'y a qu'un objectif dans une photo : celui de l'appareil qui a servi à la prendre. Tout le reste n'est qu'intention et interprétation.



4 commentaires:

Olivier a dit…

Sympa cet article qui m'avait injustement échappé...

E. (fait semblant de conserver un peu d'anonymat !) a dit…

Mais tu as fini par le rattraper... Justice est faite !

Melyna Blar a dit…

Je ne suis pas du tout d'accord, rien n'est ennuyeux sur une photo... quelle qu'elle soit car elle raconte toujours un instant qui ne reviendra pas. De plus, elle trahit le regard du photographe. Et s'il a été attiré par ce paysage, par cette minute de temps suspendu c'est qu'il y avait "quelque chose dans l'air" de spécial et c'est unique :-)) (mais ce n'est que mon avis !!)

E. (fait semblant de conserver un peu d'anonymat !) a dit…

Tu mets là en lumière un de mes procédés favoris : la démonstration à l'envers !
Je n'ai bien-sûr pas fait cette image au hasard. Le sujet, la composition ou le post-traitement ont tout fait pour que la photo soit au final l'antithèse de ce qu'elle prétend être au premier abord...
Intention et interprétation ;-)